L’espace externe représente le lieu de l’inférence, du raisonnement abductif et de la construction de sens. C’est l’espace de la transformation de la construction du sens. La situation d’observation-analyse offre au regard différents indices observables qui, mis en relation, vont permettre à l’analyste de construire une cohérence interne. Si la cohérence interne nous renvoie à la notion de construction de sens, telle que définie par Barbier que nous verrons plus loin, les hypothèses explicatives nous renvoient au fonctionnement inférentiel du raisonnement humain, notamment abductif, tel que présenté par le fondateur de la sémiologie, Charles S. Peirce[1] [2].

L’inférence abductive, selon cet auteur, serait une faculté de l’être humain permettant le passage de l’expérience perceptive à l’idée ou le raisonnement que cette expérience fait émerger. En effet, pour Peirce, l’abduction représente à la fois la dynamique inférentielle par excellence de la créativité et le fondement du raisonnement scientifique. Levesque explique le « mystérieux fonctionnement de l’abduction selon Charles Peirce » en passant temporairement par la notion de suggestion, en ces termes

Cette suggestion, selon Peirce, s’avère à la fois créative et rationnelle, puisqu’elle découle aussi bien du jeu libre de l’association des idées émergeant de manière concomitante à l’acte continu de la perception (qui appartient à la sphère de la psychologie) que du processus d’inférence par lequel se vérifie notre connaissance sur le monde et sa cohérence (qui appartient à la sphère du raisonnement logique)[3].

Cette concomitance entre perception et raisonnement a amené Sebeok et Umiker-Sebeok[4] à proposer la métaphore de l’enquête illustrée par la figure emblématique du détective Sherlock-Holmes pour illustrer la théorie de Peirce.

En ce qui concerne la notion de « construction de sens », une remarque préalable est nécessaire pour expliquer notre choix du terme « sens ». Barbier établit clairement une distinction entre les termes ‘sens’ et ‘signification’ par le fait que la construction de sens réfère à des représentations pour soi, alors que la signification concerne des représentations adressées à autrui au cours d’une activité de communication. Il définit la construction de sens comme des

Activités mentales/affects survenant chez/pour un sujet donné à l’occasion de la mise en place de liens entre des constructions mentales/affects accompagnant l’activité en cours et des constructions mentales/affects accompagnant des activités antérieures. Ces activités sont adressées par le sujet à lui-même et ont une incidence sur son activité ultérieure ; elles sont ordonnées à des engagements d’actions.[5]

Cette modélisation fait notamment ressortir un fonctionnement en boucles rétroactives entre les différents espaces d’activités qui nous permet de sortir d’une vision linéaire. Elle met également en lumière le rôle orchestrateur de l’activité de construction du sens dans l’auto-organisation de ces boucles.


[1] PEIRCE, Charles S., « Collected papers », dans Charles Hartshorne et Paul Weiss (dir.), Cambridge, Mass. : Belknap Press of Harvard University Press, 1960.

[2] PEIRCE, Charles S., Reasoning and the logic of things the Cambridge conferences lectures of 1898, coll.  « Kenneth Laine Ketner », Cambridge, Mass : Harvard University Press, 1992.

[3] LEVESQUE, Simon « Le mystérieux fonctionnement de l’abduction selon Charles S. Peirce », Cygne noir, 3, 2015, p.2.

[4] SEBEOK, Thomas Albert et UMIKER-SEBEOK, Donna Jean, « You Know My Method »: A Juxtaposition of Charles S. Peirce and Sherlock Holmes, Gaslight Publications, 1980.

[5] BARBIER, Jean-Marie, Vocabulaire d’analyse d’activité, coll.  « Formation et pratiques professionnelles », Paris : PUF, 2017, p.49