L’espace intermédiaire est celui de la mise en mots, du passage de l’observation à l’énonciation et à la description en langage verbal. C’est là qu’a lieu l’analyse conceptuelle qui servira de base à la construction de sens. C’est l’espace de transformation des représentations. Selon Barbier, la notion de représentation fait référence à la « …présence pour le sujet en activité d’objets absents de son environnement ou d’activités dans lesquelles il n’est pas engagé » [1].

Dans l’OAM, nous avons repéré quatre types d’activités de représentations: décrire[2], identifier[3], questionner/valider[4], énoncer un savoir[5]. Les activités ‘décrire’ et ‘identifier’ offrent des représentations en relation directe avec l’objet observé, alors que les deux activités ‘énoncer un savoir’ et ‘évaluer’ se détachent de l’« objet » observé et constituent, en quelque sorte, des activités satellites de l’OAM.


[1] BARBIER, Jean-Marie, Vocabulaire d’analyse d’activité, coll.  « Formation et pratiques professionnelles », Paris : PUF, 2017, p.105

[2] Représenter par des mots le mouvement qui est perçu/observé.

[3] Utiliser des termes et notions spécialisés pour nommer ce qui est observé,

[4] Se poser des questions pendant l’analyse en relation au mouvement observé / confirmer ses hypothèses ou répondre à ses propres questions, émises au cours de l’observation-analyse.

[5] Se référer àun principe général sur le mouvement, partagé par une communauté professionnelle.