L’espace de la coordination, à l’intersection du Fond et de l’Espace, concerne la corporéité comme vecteur d’action (Godard, 2013).

C’est en quelque sorte la porte d’entrée vers l’espace externe.

Nous avons tenté dans cette section de mieux intégrer les idées de d’Irmgard Bartenieff et du Body Mind Centering (BMC) qui croisent celles de l’AFCMD en tant que coordinations motrices de bases et principes corporels organisateurs du mouvement. Selon ces approches, les schèmes de connexité rejoignent la dimension ontogénétique de notre développement tout en servant de moule à nos choix de coordination motrice.

Stabilité / mobilité / appui semi-fixe / gravitaire

Tout mouvement a besoin d’un support pour se déployer dans l’espace.

Il est possible de repérer les parties du corps qui sont stabilisées pour permettre à d’autres d’être mobiles.

Quand une partie du corps offre un support de par sa direction dans l’espace, nous parlons d’appui semi-fixe. Quand une partie du corps s’abandonne à la gravité, nous parlons d’une partie gravitaire.

Initiation

D’où part le mouvement.

Phrasé corporel

Indique la manière dont se déroule le mouvement au niveau du corps.

Schèmes de développement moteur

Coordinations construites par un individu au cours de son développement: radiation par le nombril, spinale, homologue, homolatérale, controlatérale. Renvoie à la notions de connexité des fondamentaux de Bartenieff.

Regard

Le regard peut être soit associé au mouvement (pré, synchrone pu post) soit dissocié.