Selon Laban (2003, p. 76), l’espace est le principe organisateur du mouvement, l’élément « morphogène ».

Cette idée d’un espace qui organise le mouvement trouve un écho dans la pensée de Godard qui mentionne l’importance d’un espace virtuel qui précède le mouvement. Pour lui, cette projection virtuelle du mouvement est porteuse de sens. La capacité de virtualiser l’espace est selon lui au cœur de notre sentiment d’appartenance au monde et participe à cette boucle de rétroaction portée par la fonction haptique.

Directions

Point de l’espace vers lequel se dirige un mouvement.
Laban a répertorié 27 directions à l’intérieur de la kinesphère.

Plans

Les trois plans de l’espace : sagittal, vertical (ou frontal), horizontal (ou transversal).

Kinesphère

Volume sphérique imaginaire qui entoure le corps, et dont l’étendue se limite à la portée maximale des membres, sans que la personne ne change de place. 

Trajets du mouvement dans la kinesphère

Trajet « périphérique » le long des bords de la kinesphère ;

Trajet « central » lorsque l’on reste sur un même plan et que l’on relie entre eux les coins de ce plan, en passant par le centre;

Trajet « transversal » part du point de rencontre de deux plans et passe par un troisième pour progresser dans la kinesphère.

Forme des tracés

Fait référence au « tracé de la forme, droit ou en courbe ou plasticité de la forme en 3D » dans le LMA, tracé qui peut se développer dans les trois plans de l’espace.

Gestalt

Fait référence à l’ « attitude de la forme » dans le LMA formulée sous forme de métaphore : mur, balle, vis, épingle.

Regard

Le regard peut, soit être focalisé sur un point précis de l’espace (fovéal), soit englober un large champ visuel (périphérique).