La notion de Fond est au cœur de la pensée d’Hubert Goddard qui mentionne à plusieurs reprises la complémentarité fond/figure pour évoquer le support, pratiquement invisible, sous-jacent au geste, qui lui est visible (Godard, 2011). Le fond tonico-postural représente la toile sur laquelle s’inscrivent tous nos choix de mouvements

La présence d’un fond de nature psychosomatique s’inscrit comme postulat dans les deux systèmes d’analyse du mouvement, établissant de fait que les « prémouvements » et « mouvements ombrés », souvent inconscients, sont chargés de messages aussi importants que les mouvements intentionnels (Launay, 1996).

Le Fond selon Godard, serait constitué d’une corporéité à deux volets. Un premier volet qui concerne « la corporéité comme volume et territoire » et un deuxième volet qui serait « la corporéité comme vecteur d’action ». Si le Fond renvoie plus particulièrement à la corporéité comme volume et territoire, la notion de corporéité comme vecteur d’action serait plus du ressort de la Coordination, zone que nous avons située à l’intersection du Fond et de l’Espace.

Alignement

L’alignement de l’ensemble du corps, et plus particulièrement des trois masses (bassin, cage thoracique et tête) par rapport à une ligne gravitaire imaginaire tombant au centre d’une base de support, constitue une première indication, de type cinématique, sur l’organisation posturale globale de la personne.

Flux postural

Fait référence à la présence d’un mouvement respiratoire visible, encore nommé « flux de la forme » dans la théorie de la « Forme » du système LMA.

Empreinte posturale

Inspirée par la notion  d’ « attitude de la forme » dans la théorie de la « Forme » du système LMA, rend compte de la forme globale du corps, étant entendu que cette forme globale témoigne de l’histoire affectivo-motrice du sujet.

Terrain fonctionnel

Stratégie perceptive privilégiée, à l’origine de la construction physique et symbolique de la relation à la gravité de chacun : stratégie proprioceptive (dynamique ascendante – « terre ») ou stratégie extéroceptive (dynamique descendante – « ciel ») à travers les gestes fondateurs (se repousser ou aller vers).